top of page

Journée internationale de la Visibilité Lesbienne

26 avril


La visibilité permet de nommer et de faire exister, en reconnaissant les droits. Elle permet également une meilleure prise en compte des spécificités, notamment dans l'accompagnement aux démarches juridiques ou à la santé.

La lesbophobie est quant à elle bien réelle, comme le démontrent les rapports récents de L'Autre Cercle, SOS homophobie, de la Dilcrah ou la revue annuelle de l' ILGA-Europe (disponibles sur notre site Internet) : une lesbienne sur deux a déjà été victime d'agression ou de discrimination sur son lieu de travail, et les victimes sont de plus en plus jeunes.

Rappelons que les lesbiennes sont à l'intersection de deux types de discriminations, à la fois anti-LGBT et sexistes. A ce dernier titre le rapport du Haut Comité à l'Egalité entre les femmes et les hommes est malheureusement édifiant.

C'est pourquoi le Centre Lgbt+66, en lien avec la Fédération LGBTI, est engagé dans cette lutte croisée. Il participe de ce fait aux actions autour du 8 mars, organisées par le Département des Pyrénées-Orientales, avec notamment la création des premières rencontres du livre féministe et lesbien des Pyrénées-Orientales en mars 2023, que nous entendons pérenniser.

Après le film lesbien "Blue Jean", qui a été projeté le 18 avril, nous proposons une "Soirée 100% Filles" samedi 29 avril au Le Casot - Boire, manger, vivre à Elne (cf événement Facebook) : venez nombreuses !

A noter que cette journée a été créée en 2008 aux Etats-Unis et marque symboliquement le 26 avril 1993, date à laquelle la Cour suprême a rendu une décision reconnaissant pour la première fois les droits parentaux des femmes lesbiennes dans le cadre d’une séparation.

88 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page